Le gouvernement et la corrida

19/08/2019

Alliance anti-corrida Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture, était présent dans les arènes de Bayonne, le 14 août 2019. Ce choix assumé a provoqué un tollé de la part des associations de protection animale. En janvier dernier, il avait pourtant affirmé qu’il lutterait contre la maltraitance animale  « sans concession ». Il a qualifié l'esclandre de « vaine polémique », expliquant qu'il fallait  « rassembler le pays ». Ce n'est pas en cautionnant un spectacle qui divise la population, qu'il va réunir les Français !


Alliance anti-corrida Jacqueline Gourault, ministre de l'Espace rural et de l'Aménagement du territoire, était assise aux côtés du ministre de l'Agriculture dans ces mêmes arènes. Habituée des corridas, elle a choisi de garder le silence, ignorant honteusement la polémique qu'elle avait créé. Ce qui en dit long sur le mépris de la ministre de la Ville vis-à-vis des 75 % des Français opposés aux corridas.



Alliance anti-corrida Geneviève Darrieussecq, médecin, maire de Mont-de-Marsan (Landes) et ex-présidente de l'Union des villes taurines de France, a été nommée secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées. Trois jours après la polémique causée par ses pairs, elle préside une corrida à Dax, le 17 août 2019 ! Elle ne pouvait pourtant pas ignorer un tel scandale. En octobre 2016, elle était en tête d'une manifestation visant à défendre « un patrimoine culturel et un art de vivre » comprenant gavage, corrida et chasse traditionnelle ! 



Alliance anti-corrida Emmanuelle Wargon, est secrétaire d’État auprès du ministre de la transition écologique et solidaire. Sur la présence de ses pairs aux corridas, elle est interrogée par les médias. Elle déclare sur BFMTV : « Non je n'assisterais pas à une corrida (...) Je pense que le sens de l'histoire c'est des cirques sans animaux, pour moi le sens de l'histoire ce n'est pas de voir des animaux souffrir », ajoutant qu'elle ne se sentirait « pas du tout à sa place » à une corrida. Voir la vidéo


Alliance anti-corrida Bruno Le Maire, l'ancien ministre de l'Agriculture sous le Gouvernement de François Fillon, a été nommé ministre de l'Économie. Il affirme, dans une vidéo : « Je ne suis pas pour l'abolition de la corrida. Mais, dans les villes comme Arles, Nîmes, Bayonne, ou Dax, je pense qu'elle y a sa place. Il faut laisser vivre les choses comme elles sont. » Heureusemement que depuis l'âge de pierre, certains se sont opposés à la torture, à l'esclavage, à l'excision, etc. Voir la vidéo


Alliance anti-corrida Emmanuel Macron, candidat, déclarait à La Dépêche du Midi, en avril 2017 : « La corrida fait partie intégrante de la culture, de l'économie et du tourisme de la région. Je suis opposé à l'interdiction dans les territoires de tradition taurine ». En 2016, son équipe nous écrivait : « Votre cause est aussi la nôtre » ! Le 31 mars, devant la FNSEA, il déclare: « L’éleveur pleure quand un animal meurt, ce n’est pas les gens qui sont dans des associations, ou dans des bureaux ». Source BFMTV